Le monde merveilleux des courges

Le monde merveilleux des courges

 

Citrouille, courge, potiron, pâtisson, potimarron… Le monde merveilleux des courges est peuplé de multiples personnages. Leurs couleurs chaleureuses, leurs formes arrondies et leurs douces saveurs nous donnent qu'une envie : les mettre à l'honneur dans notre assiette !  

DANS LA FAMILLE CUCURBITA, JE VOUDRAIS... 

Les courges font partie de la grande famille des curcubitacées. Originaires du continent américain, ces curcubita ne sont plus toutes jeunes mais ont encore de quoi nous impressionner ! Vieilles de quelques milliers d’années, elles nous séduisent encore aujourd’hui grâce à leur couleur orangée qui met du baume au cœur à l'arrivée de l'hiver.  On raconte même qu’elles étaient utilisées au départ pour confectionner des récipients et des instruments de musique.

Pour présenter tout le monde, un rapide tour d'horizon de cette grande lignée est de mise (ne cherchez pas à retenir tous ces noms farfelus !) :

  1. Les cucurbita maxima regroupent notamment le potiron et le potimarron. Ce sont, ce qu'on pourrait qualifier de "courges géantes".  
  2. Les cucurbita pepo sont quant à elles très variées. Citrouille, pâtisson, courge spaghetti et même... courgette, ce sont les courges de taille moyenne qui sont aussi différentes les unes des autres. 
  3. Les cucurbita moschata regroupent les courges musquées comme la butternut et la sucrine du Berry. 

DES COURGES QUI CACHENT BIEN LEUR JEU

Récoltées à l’automne, les courges sont consommables jusqu’en hiver ! Comme un bon vin, les courges se bonifient avec l’âge. Plus le temps passe, plus leur chair sucrée s’enrichit en saveurs. A leur douceur s’ajoutent un grand nombre de bienfaits comme leur teneur en vitamine B, en vitamine C, en bêtacarotène et leurs pouvoirs antioxydants. Des atouts à ne pas négliger en hiver. Alors plus question de s’en priver, en salé comme en sucré.

UNE HISTOIRE QUI DURE 

Choisir une courge n'est pas une mince affaire. Pour vous éviter des mauvaises surprises après ouverture, quelques conseils sont de mise ! Choisissez les courges, potirons ou potimarrons qui possèdent encore leurs pédoncules (ou au moins, une partie). La présence du pédoncule ralentit la déshydratation du légume et vous assure une chair encore tendre. N'hésitez pas à les prendre dans vos mains pour sentir leur texture : les courges doivent être fermes. Si leur peau brille, passez votre chemin : c'est le signe qu’elles ne sont pas mûres ! Elles doivent être également sans tâches ou marques de moisissure.

Côté conservation, les courges ne sont pas compliquées à vivre ! Gargez-les dans un endroit à température ambiante (entre 14 et 20 degrés), en évitant de les placer devant une fenêtre : les variations de lumières risqueraient de les abîmer. Il n’est donc pas nécessaire de mettre vos courges au réfrigérateur, sauf s’il s’agit de chair déjà découpée. Dans ce cas-là, enveloppez les morceaux de courge dans du film alimentaire et conservez-les au frais 4 à 5 jours maximum. Pour une plus grande conservation, n’hésitez pas à placer vos morceaux de courge au congélateur après les avoir épluché et coupé. 

Soupe butternut et raisinQUAND LES COURGES PASSENT À LA CASSEROLE 

En soupe, en purée, en tarte salée, en salade … les courges sont adaptables à l’infini (ou presque !) 

  • Pour une purée, ajoutez une pomme de terre par personne dans l’eau de cuisson de la courge pour rendre l’ensemble plus rassasiant. Si vous souhaitez accentuer la couleur orange de votre purée, remplacez les pommes de terre par de la patate douce.
  • Et pour une touche un peu plus exotique, ajoutez à votre soupe une petite brique de lait de coco. Un velouté réconfortant venu d’ailleurs !
  • Des marrons, des noix ou du fromage parsemés sur votre soupe, rendront votre plat encore plus doux et gourmand.

 

Alors, laissez libre courge à votre imagination wink