La cuisine du quotidien, en un tour de main

Produits de saison, techniques et astuces de cuisine, bien manger au quotidien

Repas de Noël : d'où vient cette tradition tant appréciée ?

Publié le 23 déc. 2017 |
Repas de Noël : d'où vient cette tradition tant appréciée ?

 

Traditionnellement fêté en France, Noël est la période de l’année que l’on attend (presque) tous avec impatience... notamment notre Equipe Miam, prête à vous régaler avec ses recettes spéciales Fêtes. Moment de convivialité, Noël est une belle occasion de retrouver sa famille et ses proches, pour partager un repas festif dans la joie et la bonne humeur. Mais d’où vient cette tradition qui rassemble petits et grands ?

Quelle est l’origine de Noël ?

Il semblerait que Noël puise ses origines à l’époque romaine. Au moment du solstice d’hiver le 21 décembre, le peuple romain fêtait les Saturnales, en hommage au dieu Saturne. À cette occasion, les barrières sociales disparaissaient : les esclaves devenaient temporairement  libres, le travail était mis en pause, des figurines étaient offertes aux enfants et on accrochait du houx, du gui ou du lierre aux maisons.

Peu à peu, la fête de Noël fût assimilée à la religion chrétienne, la période correspondant à celle de la « Nativité » : la naissance de Jésus. De nos jours, Noël est une véritable fête culturelle occidentale, célébrée quasiment partout dans le monde.

Pourquoi fait-on un tel festin à Noël ?

L’origine du festin de Noël nous vient de la religion chrétienne. Pour célébrer la venue du Christ, la période précédant Noël était marquée par une période de “jours maigres”. On ne mangeait alors pas de viande. La veille de Noël, avant de se rendre à la messe de nuit, il était d’usage de ne manger qu’un peu de pain, un bouillon de poisson ou de légumes et un verre d’eau. De retour de l’église, le “repas gras” était alors de mise, pour faire suite au long office de la nuit et à la route faite pour revenir de l’église. “Repas gras” que l’on appelait également le Réveillon !

La tradition de Noël en France

Foie gras, huîtres, saumon fumé, dinde aux marrons, bûche de Noël au chocolat… On ne vous présente pas les classiques de la table de Noël : vous les connaissez par cœur. Et pourtant, ces produits n’ont pas toujours fait partie du menu traditionnel de Noël.

La dinde et le chocolat ne sont apparus dans nos assiettes qu’au XVIème siècle. Avant ça, on y trouvait surtout du boudin blanc ou rouge, de l’oie ou du canard. C'était en effet à cette période de l’année que l’on abattait les cochons et les volailles dans les fermes. Quant à la bûche de Noël, elle n’a pas toujours été notre traditionnel gâteau (elle ne l’est d’ailleurs quasiment que dans les pays francophones). La bûche puise ses origines dans les rituels païens du nord de l’Europe : pour célébrer le solstice d’hiver, on brûlaient un tronc d’arbre en guise d’offrande aux dieux. Cette coutume est reprise au Moyen-Age en France pour Noël. Avec la disparition des grandes cheminées au XIXème siècle, on remplaça peu à peu la bûche en bois par un gâteau roulé.

Les traditions régionales de Noël

Finalement, nous devrions plutôt parler de traditions de Noël. En effet, chacune de nos régions a ses propres coutumes, vestiges d’une histoire riches en héritage.

À Orléans, on déguste surtout du porc sous forme de boudins ou de crépinettes. Dans la région d’Angers, ce sont les rilleaux (sortes de rillettes) qui sont de mise. Dans l’Aveyron, place à la saucisse ou au porc salé, ainsi qu’aux prunes et aux pommes chaudes. En Gascogne, de la daube et des châtaignes. En Corse, de la polenta de châtaignes et de maïs accompagné de porc. En Provence, les traditionnels 13 desserts de Noël (en référence aux 12 apôtres et Jésus) parmi lesquels des mendiants, de fruits secs et confits. En Alsace, le foie gras et les bredele (petits gâteaux de Noël) et les leckerli (très proche du pain d’épice).

Comment fête-t-on Noël en Europe ?

Au Portugal :

Le repas de Noël se compose principalement du bacalhau cozido, un plat à base de morue, de pommes de terre et de chou. On déguste aussi des beignets frits (sonhos et filhozes) et le bolo rei (un gâteau aux fruits secs et confits).

En Espagne :

Pour faire suite au plat, on déguste de nombreux desserts : du turron (nougat au miel et amandes), des polvorones (biscuits aux amandes et à la cannelle), de la marzipan (pâte d’amandes), des dragées, des dattes…

En Italie :

Selon les régions, on retrouve à Noël des antipasti, des pâtes et/ou du bollito misto (sorte de pot au feu). On termine le repas par du panettone (brioche fourrée de raisins secs et de fruits confits) dans le Nord, du panforte (amandes, fruits confits et miel) au Centre ou des beignets dans le Sud.

En Allemagne :

C’est l’oie qui est à l’honneur. Grillée, elle est accompagnée de chou rouge et de pommes (la Weihnachtsgans). Le repas se finit avec le Stollen, un pain aux fruits secs et confits, garni de pâte d’amande.

En Royaume-Uni :

On retrouve la fameuse dinde rôtie accompagnée de sauce aux airelles. Pour le dessert, on réalise un Christmas pudding (que l’on retrouve aussi en Irlande). C'est un gâteau consistant à base de fruits secs, de graisse (originellement de rognons) et de mélasse, le tout relevé d’épices (cannelle, muscade, gingembre) et des mince pie (petites tourtes farcies de fruits secs et d’épices). Petite anecdote : avant de devenir ces desserts sucrés qui régalent les Anglais, ils étaient autrefois farcis de viande (de mouton surtout) car cette technique permettait de la conserver ! 

Aux Antilles :

Le jambon de Noël et le boudin noir créole sont des produits très populaires à Noël.

Centre et Nord de l'Europe :

Dans de nombreux pays de Centre et du Nord de l’Europe (Pologne, Lituanie…), la coutume est le « souper des douze plats ». Ce sont douze plats sans viande ni laitage représentant les douze mois de l’année. La koutia, une sorte de porridge au blé, pavot, noix, fruits secs, miel, et le koulibiac, un feuilleté au saumon, œufs dures, légumes et aneth, sont de coutume en Russie.

Dans les pays scandinaves :

Le repas de Noël prend la forme d’un buffet : le « julbord » (table de Noël). On peut y trouver le julskinka (jambon de Noël), à côté des boulettes de viande, des saucisses, du saumon, du hareng, de la betterave et du chou et le jansons frestelse (gratin aux pommes de terre et anchois). On termine le repas par un riz au lait dans lequel on place une amande en guise de fève. Bien sûr, le « glögg » (vin chaud, en Suède) est de tradition, ainsi que la bière et le julmust (sorte de coca).

Challenge : briller au dîner du Réveillon avec toutes ses anecdotes sur Noël !

 

Envie de cuisiner des produits de qualité ?
Découvrez nos paniers-recettes pour des repas incroyables tous les jours !

 

Votre programme "1 semaine pour bien manger"

Recevez par e-mail les conseils nutritionnels de notre diététicienne, nos menus et nos nouveautés